Speed acting

Speed acting Zoom in

Trois compagnies vous proposent un extrait de 20 minutes de leur spectacle le samedi 11 mai à 15h et à 17h !

Théâtre

Samedi 11 mai à 15h et 17h

Au programme :

*INTIMEMENT LIES, théâtre d’objets de / avec Yannick Stasiak

« Une table, un lampadaire, une chaise, une lampe de chevet. Quelqu’un entre. Il a un rendez vous. Il s’agit même d’un rendez-vous « intime » avec quelqu’un. Peu à peu des objets; casquette, écharpe, camembert, macaroni, et bouteille de vodka prennent vie et s’animent tour à tour… Et si ce rendez-vous était finalement un rendez-vous « avec l’intime » ? Avec l’éponge qui le compose. Et c’est ainsi que surgissent des histoires. Histoire d’un sicilien qui vend des légumes et arrive en France pour travailler à la mine… d’histoire d’amour, d’une rencontre entre un polonais d’origine et une sicilienne d’origine, d’un choc de cultures…  »

*LA VILLE de Paul Claudel d’Aurélien Ambach Albertini
avec Charlotte Bertoldi, Maxime Guyon, Ariane Heuzé, Yann Lesvenan, Adrien Mauduit et David Scattolin

« La Ville est la deuxième pièce et sans doute la moins connue de Paul Claudel, poète français du XXème siècle; le monde a plus que jamais besoin de poésie. Face au culte de l’utile et du numéraire, seuls les poètes peuvent nous sauver de cette folle rationalité à l’œuvre dans nos sociétés occidentales. En décloisonnant la langue, la poésie est une force révolutionnaire capable de décoloniser nos imaginaires et de réenchanter la vie. La Ville raconte justement l’avènement d’une révolution, d’un changement d’axe, d’un bouleversement des valeurs, qui prend sa source dans une crise économique. »

*ET JAMAIS NOUS NE SERONS SEPARES de Jon Fosse de la Compagnie La Lune qui gronde avec Emilie Guil et Sylvain Cornet

« Pour sa première pièce, Jon Fosse s’était fixé comme objectif d’écrire une pièce avec peu de personnages réunis en un seul endroit. L’histoire devait se dérouler sans rupture dans le temps : un programme dramaturgique donc des plus classiques. Malgré la présence de cette unité d’action, de temps et de lieu, Et Jamais nous ne serons séparés – tout comme ses autres pièces – ne ressemble nullement à une pièce classique. Les mouvements des personnages sont réduits au minimum. Les phrases clés sont, comme un leitmotiv dans une oeuvre musicale, souvent répétées. Ainsi Fosse crée au théâtre ce qu’on appelle au cinéma des gros plans et des ralentis. Sauf que Fosse n’utilise pas ces moyens d’une façon ponctuelle.
Il en fait son style et l’angoisse, l’isolement, cet état entre vie et mort dans lequel ses personnages courent le monde, y trouvent parfaitement leur expression. »

Réservations conseillées pour 15h ou 17h / Entrée libre